top of page

Qu'est-ce que le Soi-esprit ou Moi spirituel ou Manas ? AnthroWiki

Dernière mise à jour : 15 mars




Le soi spirituel (eng. spirit self), le soi supérieur de l'homme au sens strict, qui l'inspire en tant que génie et qui est aussi appelé Manas (scrt.) ou Karana Sharira dans la tradition théosophique, est cet élément de l'être humain qui est formé par le travail conscient du moi individuel sur le corps astral humain. Pour développer le soi spirituel et entrer consciemment dans le monde spirituel, une impartialité absolue est nécessaire, qui est notamment entraînée par le cinquième exercice secondaire.


Table des matières


1 - Histoire du terme

2 - La transformation du corps astral en soi spirituel

3 - Rencontre avec le Soi spirituel dans le sommeil

4 - Le soi spirituel et le moi

5 - Notes



1 - Histoire du terme


Le terme "manas" est mentionné pour la première fois dans le Katha-Upanishad :

Un conducteur de chariot est, sache,

L'atman, le chariot est le corps,

Conduisant le chariot est Buddhi

Manas, sache qu'il est la bride.

- Katha-Upanishad : 3.3 [1]


La kabbale juive le connaît sous le nom de Neschama (hébreu : שמהנ, également N'schama), mais ce nom est également utilisé pour l'âme de conscience, en particulier dans son lien et sa fusion avec le soi spirituel. Selon Rudolf Steiner, le Soi-esprit était également appelé Salomon (hébreu שלמה, Schəlom:o), du nom du roi israélite du même nom, chez qui les 7 membres de l'être humain étaient déjà très parfaitement prédisposés :


"Et enfin, ils appelèrent ces ancêtres Manas ou Soi-esprit - parce qu'ils disaient qu'un tel Soi-esprit doit contenir en lui la disposition à être intérieurement fermé, à être en équilibre en lui-même - , avec un mot qui signifie "équilibre intérieur", "Salomon"." (Lit.:GA 116, p. 83)


2 - La transformation du corps astral en soi spirituel


La formation du manas, le soi spirituel, commence par la pensée pure dénuée d'éléments sensibles, comme Rudolf Steiner l'a déjà décrit en détail dans sa "Philosophie de la liberté" :

"J'ai maintenant essayé de présenter l'élévation progressive de l'être humain, la purification de l'être humain du psychique vers le spirituel, dans un livre que j'ai écrit il y a quelques années sous le titre de "Philosophie de la liberté". Vous y trouverez l'évolution de l'âme du kama à la vie de mana. J'y ai appelé Ahamkara le "moi", Manas la "pensée supérieure", la pensée pure, et la Buddhi, pour ne pas encore faire référence à l'origine, "l'imagination morale". Ce ne sont que des expressions différentes pour une seule et même chose". (Lit.:GA 53, p. 214f)


"Aujourd'hui, peu de gens comprennent réellement le manas. Comprendre la pensée avec la pensée, saisir la pensée dans la pensée, achever d'arrondir le serpent d'éternité, telle est la tâche de la cinquième sous-race [2]. La pensée est l'organe où l'être humain se saisit d'abord comme d'une pointe. Stimuler cela dans l'homme, tel est le but de mon livre "La philosophie de la liberté"". (Lit.:GA 94, p. 249)


Le développement du Manas a été stimulé dès le dernier tiers de l'époque atlantéenne par les entités de Vénus, dont l'archange Anael est le chef (cf. aussi GA 102, p. 59 et suivantes) :

"Et à cette époque, alors que l'âme de sensibilité, l'âme d'intellect et l'âme de conscience étaient déjà stimulées, l'impulsion fut donnée pour faire circuler le Manas. Car pour cela, il fallait d'abord donner une impulsion. Une fois qu'il a été mis en mouvement, l'homme a pu, pour ainsi dire, prendre en main son propre développement. C'était dans le dernier tiers de l'époque atlantéenne.


Les stimulants étaient les entités qui se trouvaient sur Vénus. Vous pouvez ainsi vous faire une idée de l'interaction entre les différents membres de notre système planétaire. Nous devons penser que l'homme avait apporté son corps physique, son corps éthérique et son corps astral. Ensuite, trois membres se développent : l'âme sensitive, l'âme mentale et l'âme de conscience, et enfin le Manas. L'âme de conscience tire sa force de Jupiter, l'âme mentale de Mercure, l'âme sensitive de Mars et le moi spirituel a reçu son impulsion de Vénus. Ainsi, si vous voulez découvrir en vous-même les forces qui sont en vous, vous devez lever les yeux vers les étoiles concernées. L'homme est un être compliqué ; il est devenu ainsi parce que les forces du cosmos ont conflué en lui". (Lit.:GA 98, p. 198)


Le moi-esprit naît dans la mesure où le moi humain réussit à gagner la domination sur les pulsions, les sensations et les désirs innés. Alors que le corps astral conféré par la nature à l'homme entoure le moi comme une enveloppe extérieure, le moi-esprit devient une composante intérieure imperdable de l'individualité humaine. Le moi commence ainsi à se remplir de ces forces spirituelles créatives qui sont capables de créer un corps astral autonome.


Ces forces ont déjà été prédisposées spirituellement au niveau de développement planétaire de l'ancienne Lune. Au cours de son développement spirituel, l'homme commence à intégrer ces forces dans le noyau le plus intime de son être. C'est ce qui fait de lui un être humain au sens propre du terme. Notre mot "homme" indique très clairement ce lien avec le Manas.


Cela ne se produira pleinement que sur le nouveau Jupiter (également appelé Nouvelle Jérusalem dans l'Apocalypse de Jean), mais un travail préparatoire essentiel est déjà effectué à cet effet pendant notre existence terrestre. Chez les personnes spirituellement très développées, qui ont déjà travaillé très énergiquement à la purification de leur corps astral, et qui sont donc à juste titre qualifiées de "saintes", des domaines essentiels du moi spirituel peuvent déjà se développer aujourd'hui. Dans la terminologie des enseignements de la sagesse orientale, le soi-esprit est appelé "manas" ; dans l'expression chrétienne, il est appelé "Saint-Esprit".


Lorsque le moi-esprit commence à agir dans le noyau le plus intime de l'être humain, celui-ci s'éveille progressivement à une conscience nouvelle et plus élevée, qui lui ouvre la vue sur le monde spirituel par l'imagination, c'est-à-dire par une perception mentale consciente et imagée.


Le soi spirituel, tel qu'il peut apparaître aujourd'hui, si l'être humain s'y est préparé en conséquence, n'est pas une composante intérieure de l'être humain. Il ne peut le devenir que sur Jupiter. Ce qui apparaît sur Terre comme une anticipation du moi spirituel est correctement compris si on le considère comme un élément qui brille dans l'homme depuis le monde spirituel. Sur terre, l'homme doit développer son moi - et pour cela, il est nécessaire que le moi vive dans l'avenir terrestre les anticipations du Soi-esprit, de l'esprit de vie et de l'homme-esprit - sans toutefois tomber dans l'illusion que ces membres supérieurs peuvent déjà être appelés siens.


Le Soi spirituel correspond au corps causal (corps de cause, support de cause) des théosophes, qui accumule en lui, comme une essence, toutes les expériences des différentes incarnations d'un être humain et les conserve à jamais.


"Chaque incarnation n'est qu'une image imparfaite de ce que l'homme est réellement. Le soi spirituel est dans le pays de l'esprit, et en s'installant dans le corps humain, dans l'âme humaine, il ne peut réaliser qu'une faible image de ce qu'il est réellement au fond. Lorsque l'être humain retourne à son propre soi, à sa spécificité originelle, lorsqu'il apprend à connaître la cinquième région, son regard s'élargit au-delà de ses propres incarnations, il est alors capable d'embrasser du regard son passé et son avenir. Il fait l'expérience d'un flash de mémoire sur ses incarnations passées et peut les mettre en relation avec ce qu'il peut accomplir dans le futur. Il observe le passé et l'avenir avec un regard prophétique.


Tout ce qu'il accomplit lui apparaît comme émanant du Soi éternel. C'est ce que le Soi acquiert dans la cinquième région du pays de l'esprit. C'est pourquoi nous appelons ce Soi, dans la mesure où il s'exerce dans la cinquième région et devient conscient de sa propre entité, le porteur de cause de l'entité humaine, qui transmet tous les résultats de la vie passée dans l'avenir. Ce qui réapparaît dans les différentes incarnations, c'est le corps de la cause, et ce jusqu'à ce que l'homme passe à des états supérieurs où s'appliquent des lois plus élevées que celles de la réincarnation. Depuis le début de la vie planétaire, nous sommes soumis à la loi de la réincarnation. Le corps causal est ce qui transmet le résultat d'une vie antérieure dans les vies à venir, ce qui jouit comme fruits de ce qui a été élaboré dans les vies antérieures". (Lit.:GA 88, p. 128f)


3 - Rencontre avec le Soi-esprit dans le sommeil


La rencontre avec son propre Soi-esprit est liée au déroulement de la journée. En règle générale, cette rencontre a lieu vers minuit, pendant le sommeil. Toutefois, le mode de vie moderne non rythmé peut entraîner des décalages.


"Quand cela se produit-il ? Cela se produit simplement à chaque fois, à peu près pendant le sommeil normal, à mi-chemin entre l'endormissement et le réveil. Chez les hommes qui sont plus proches de la vie naturelle, chez les simples campagnards qui se couchent avec le soleil couchant et se lèvent avec le soleil levant, ce milieu du sommeil coïncide plus ou moins avec le milieu de la nuit. Pour l'homme qui s'arrache au contexte naturel, c'est moins le cas.


Mais la liberté humaine repose sur le fait que cela est possible. L'homme de la culture moderne peut organiser sa vie comme il l'entend, non sans que cela ait une certaine influence sur cette vie, mais il peut l'organiser comme il l'entend dans certaines limites. Il peut alors, au milieu d'une longue période de sommeil, faire l'expérience de ce que l'on appelle une communion plus intime avec le soi spirituel, donc avec les qualités spirituelles dont le soi spirituel sera tiré, une rencontre avec le génie.


Cette rencontre avec le génie a donc lieu chez l'homme, cum grano salis, chaque nuit, c'est-à-dire à chaque heure de sommeil. Et c'est important pour l'homme. Car quoi que nous puissions avoir comme sentiment satisfaisant pour l'âme sur le lien entre l'homme et le monde spirituel, cela repose sur le fait que cette rencontre avec le génie se répercute pendant les heures de sommeil. Le sentiment que nous pouvons avoir à l'état de veille de notre lien avec le monde spirituel est une répercussion de cette rencontre avec le génie.


C'est la première rencontre avec le monde supérieur, dont on peut parler aujourd'hui comme étant d'abord quelque chose d'inconscient pour la plupart des êtres humains, mais qui deviendra de plus en plus conscient et conscientisé au fur et à mesure que les êtres humains prendront conscience de l'effet ultérieur en affinant leur vie consciente éveillée dans les intuitions par l'assimilation des idées et des représentations de la science de l'esprit, de telle sorte que l'âme ne soit justement pas trop grossière pour observer attentivement l'effet ultérieur. Car ce qui compte, c'est que l'âme soit suffisamment fine, suffisamment intime dans sa vie intérieure, pour pouvoir observer ces séquelles.


Sous une forme ou sous une autre, cette rencontre avec le génie se manifeste souvent chez chaque être humain, mais l'environnement matérialiste actuel, le fait d'être rempli de concepts issus de la vision matérialiste du monde, notamment la vie imprégnée de l'esprit matérialiste, n'est pas approprié pour que l'âme soit attentive à ce qui est produit par cette rencontre avec le génie. Simplement, du fait que les hommes s'imprègnent de notions plus spirituelles que celles que le matérialisme peut leur fournir, la vision de cette rencontre avec le génie devient chaque nuit quelque chose de plus en plus évident pour l'homme [...].


Vous voyez, vous pouvez déjà déduire de l'allusion que j'ai faite que cette première rencontre avec le génie est liée au déroulement du jour. Si nous adaptions complètement notre vie extérieure, en tant qu'hommes plus privés de liberté que nous ne le sommes dans la culture moderne, elle coïnciderait avec l'heure de minuit. À chaque heure de minuit, l'homme aurait cette rencontre avec le génie. Mais la liberté de l'homme repose sur le fait que cela se déplace. Donc le moment où le moi se rencontre avec le génie, cela se déplace". (Lit.:GA 175, p. 57f)


4 - Le soi spirituel et le moi


"L'esprit formant un "moi" et vivant en tant que "moi" est appelé "moi spirituel", parce qu'il apparaît comme le "moi" ou le "soi" de l'homme. La différence entre le "moi spirituel" et l'"âme de conscience" peut être comprise de la manière suivante. L'âme de conscience touche à la vérité indépendante de toute antipathie et sympathie, existant par elle-même ; le moi spirituel porte en lui cette même vérité, mais elle est absorbée et entourée par le "je" ; elle est individualisée par ce dernier et intégrée dans l'entité indépendante de l'homme. En rendant ainsi autonome la vérité éternelle et en l'unissant au "moi" en une seule entité, le "moi" lui-même acquiert l'éternité.


Le moi-esprit est une révélation du monde spirituel au sein du moi, tout comme, d'un autre côté, la sensation sensorielle est une révélation du monde physique au sein du moi. Dans ce qui est rouge, vert, clair, sombre, dur, mou, chaud, froid, on reconnaît les révélations du monde physique ; dans ce qui est vrai et bon, les révélations du monde spirituel. Dans le même sens que la révélation du corporel est appelée sensation, la révélation du spirituel est appelée intuition. La pensée la plus simple contient déjà de l'intuition, car on ne peut pas la toucher avec les mains, ni la voir avec les yeux : on doit recevoir sa révélation de l'esprit par le moi". (Lit.:GA 9, p. 52f)


5 - Notes


[1] Paul Deussen, Upanishads, p. 353

[2] Il s'agit de l'ère actuelle de la conscience, qui a débuté en 1413 avec l'avènement des temps modernes.


Bibliographie


Paul Deussen, Peter Michel (éd.) : Upanishads, Les enseignements secrets du Veda, Marix Verlag 2007


Wolf-Ulrich Klünker : Le nouvel animal et l'ange. In : Le Goetheanum 14 - 2019 pdf


Rudolf Steiner : Théosophie. Introduction à la connaissance suprasensible du monde et à la détermination de l'homme , GA 9 (2003), ISBN 3-7274-0090-0 pdf pdf(2) html mobi epub archive.org English : rsarchive.org


Rudolf Steiner : Origine et finalité de l'homme, GA 53 (1981), ISBN 3-7274-0532-5 pdf pdf(2) html mobi epub archive.org English : rsarchive.org


Rudolf Steiner : Cosmogonie, GA 94 (2001), ISBN 3-7274-0940-1 pdf pdf(2) html mobi epub archive.org English : rsarchive.org


Rudolf Steiner : Les êtres naturels et spirituels - leur action dans notre monde visible, GA 98 (1996), ISBN 3-7274-0980-0 pdf pdf(2) html mobi epub archive.org English : rsarchive.org


Rudolf Steiner : Das Hereinwirken geistiger Wesenheiten in den Menschen, GA 102 (2001), ISBN 3-7274-1020-5 pdf pdf(2) html mobi epub archive.org English : rsarchive.org


Rudolf Steiner : L'impulsion du Christ et le développement de la conscience du moi, GA 116 (1982) pdf pdf(2) html mobi epub archive.org English : rsarchive.org


Rudolf Steiner : Bausteine zu einer Erkenntnis des Mysteriums von Golgatha, GA 175 (1996), ISBN 3-7274-1750-1 pdf pdf(2) html mobi epub archive.org English : rsarchive.org




36 vues0 commentaire

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page