top of page

Les veines de vos mains, prochaine cible dystopique des scanners d’identité biométriques ? Jade




Oubliez les scans biométriques du visage, de l’iris et des empreintes digitales. Êtes-vous prêt à ce que les veines de votre corps soient « photographiées », cataloguées et mises à la disposition de – en réalité, à terme ou assez rapidement – qui sait qui, qui sait dans quel but, en fonction des circonstances et du prix, à n’importe quel moment ?


Vous ne l’êtes probablement pas, mais une startup biométrique basée en Suisse, Global ID, est certainement prête à fournir un moyen de collecter ces données – très – personnelles. L’entreprise affirme – à vous d’y croire, bien sûr – que son (seul) objectif est d’authentifier les systèmes et les méthodes de contrôle d’accès des entreprises.


Mais de combien de méthodes « innovantes » avons-nous besoin pour accomplir cette même tâche ? N’avons-nous pas déjà des « administrateurs informatiques » qui contrôlent l’ordinateur de chaque employé, sous clé ?


Ce que nous savons d’ores et déjà, c’est que Global ID ne travaille pas seul, en marge de la société. Pour soutenir cet effort, les États-Unis ont récemment approuvé deux brevets pour une technologie qui, selon ses créateurs, a été créée dans le but d’authentifier le système – par les veines du doigt.


Voyons ce que Global ID a en réserve pour le monde, si les brevets approuvés fonctionnent. L’un d’eux – US2023094432 – concerne le « stockage de données biométriques sur la puce d’un ‘objet électronique d’identité' ».


Beaucoup de gens qui savent ce qu’ils regardent, lorsqu’ils observent l’ensemble de l’industrie technologique d’aujourd’hui, n’aiment pas la centralisation – de pratiquement tout. Elle est intrinsèquement dangereuse.


« Le rapprochement se ferait par le biais d’une liaison de données symétriques cryptées et ajouterait une couche de sécurité et d’assurance aux informations d’identification, sans introduire le risque de créer un grand entrepôt d’informations personnelles sensibles », peut-on lire dans le rapport.


Nous n’apprenons pas de quel type de « cryptage » il est question ici, ni comment la « couche » justifie l’objectif général.


La société Global ID, dont le nom est peut-être de mauvais augure, nous assure que son brevet vise en fait à « éviter une base de données centralisée », grâce à la biométrie de la veine sanguine stockée sur la puce de ce qu’elle appelle « un objet d’identité électronique » qui peut être associé à « un terminal de vérification ».


Il y a là quelque chose qui a incité l’Office américain des brevets à approuver le dépôt. Il se peut qu’il l’ait bien compris. Ou qu’il ne l’a pas compris du tout.


L’autre brevet, US2023084042, étend maintenant logiquement le schéma à un « serveur biométrique » qui fait correspondre ces données afin de permettre à une entité de « mettre en œuvre un contrôle d’accès sécurisé sur un ordinateur de bureau ».



10 vues0 commentaire

Comentarios


Los comentarios se han desactivado.
bottom of page