top of page

Le système indien d’identification numérique biométrique relié aux paiements - Jade




Pas de vie privée.


Le Forum économique mondial fait l’éloge de l’interface de paiement unifiée (UPI) de l’Inde pour avoir révolutionné les paiements numériques et affirme qu’elle a permis à l’économie indienne d’économiser environ 67 milliards de dollars depuis sa création en 2016. Toutefois, ces louanges pourraient éclipser les graves préoccupations concernant la vie privée et les libertés civiles liées au système de paiement numérique basé sur l’Aadhaar, qui est lié à un identifiant numérique.


L’UPI indien, qui est lié au système d’identification biométrique Aadhaar, a sans aucun doute fait grimper en flèche le nombre de transactions financières. Avec 48,6 milliards de transactions traitées en 2021, l’Inde occupe la première place mondiale en matière de transactions de paiement en temps réel. Si le système a permis de réaliser des économies et des gains d’efficacité, il est impératif de se pencher sur les menaces potentielles qui pèsent sur la vie privée et les libertés civiles.


Aadhaar, un numéro d’identification unique à 12 chiffres basé sur des données biométriques, est devenu la pierre angulaire de l’infrastructure publique numérique de l’Inde. Son intégration au système UPI a facilité les transactions, mais au prix d’une collecte massive d’informations personnelles sur les individus. L’amalgame de données financières et d’informations biométriques soulève des inquiétudes quant à l’utilisation potentiellement abusive de ces données.


Les transactions financières étant désormais liées au numéro Aadhaar d’une personne, lui-même lié à des données biométriques, les critiques soutiennent que cela ouvre la porte à la surveillance gouvernementale. Cela donne au gouvernement une capacité sans précédent de surveiller les activités financières des individus en temps réel. La menace d’une utilisation de ces données à des fins politiques ou discriminatoires n’est pas à exclure.


Le système UPI stockant des quantités colossales de données sensibles, il devient une cible attrayante pour les pirates informatiques et les entités malveillantes. Les violations de données dans un tel système peuvent avoir des effets catastrophiques sur les individus dont les données financières et biométriques pourraient être compromises.


L’adoption forcée de paiements numériques liés aux données biométriques peut également être considérée comme une atteinte au droit à l’autonomie et à la liberté de choix. Les citoyens devraient avoir la possibilité d’effectuer des transactions financières sans nécessairement les lier à leurs données biométriques.


Il y a également un manque flagrant de recherches approfondies sur l’impact de l’intégration de l’UPI et d’Aadhaar sur la vie privée et les libertés civiles. Si les recherches du Forum économique mondial mettent en évidence l’impact économique, elles ne parviennent pas à analyser les coûts sociétaux et personnels qui pourraient être supportés par les individus.


Si l’Inde a fait d’énormes progrès dans le développement de son infrastructure numérique publique, il est essentiel que ces progrès ne se fassent pas au détriment de la vie privée et des libertés civiles. Alors que le pays continue d’innover, il faut adopter une approche équilibrée qui tienne compte non seulement de l’impact économique, mais aussi des risques et des coûts potentiels liés à la sécurité des données, à la surveillance gouvernementale et à la violation des libertés individuelles.



1 vue0 commentaire

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page