top of page

Le Grand Reset : un camp sans extérieur - Simon ELMER




Source :


Aujourd’hui, ce n’est pas la ville mais plutôt le camp qui constitue le paradigme biopolitique fondamental de l’Occident. – Giorgio Agamben, Homo Sacer : Pouvoir souverain et vie nue, 1995

Dans la première partie de cet article, j’ai identifié les appareils du biopouvoir qui menacent nos libertés et nos démocraties dans l’Occident d’aujourd’hui, et que j’ai décrits comme les « quatre cavaliers de l’apocalypse ».


Comme je consacre un chapitre de mon nouveau livre, The Grand Reset, à chacun des trois derniers de ces appareils de biopouvoir – l’Agenda 2030 de l’ONU, le Traité sur les pandémies de l’OMS et la monnaie numérique des banques centrales – je ne vais aborder ici que le premier d’entre eux, bien qu’il revienne tout au long de mon livre, car un système d’Identité Numérique est la porte d’entrée du camp numérique dans lequel les trois autres nous emprisonneront.


Ils dépendent tous de sa mise en place pour leur propre application et, à cet égard, c’est le plus important et celui auquel il faut le plus résister et qu’il faut le plus vaincre. Une certaine forme d’identité numérique est évoquée depuis un certain temps et, bien que tout le monde semble savoir de quoi il s’agit, il ne semble pas y avoir beaucoup d’opposition à sa mise en œuvre au Royaume-Uni, ce qui, à mon avis, indique qu’en réalité, nous ne la comprenons pas du tout.



LE PORTAIL DE L’IDENTITÉ NUMÉRIQUE


Pendant le confinement du Royaume-Uni, l’identité numérique a été discutée en relation avec le China Health Pass, qui est maintenant pleinement opérationnel et lié au système chinois de crédit social, et qui, comme un feu de circulation, comporte trois signaux d’accès à différents aspects du domaine public et des services : vert pour la liberté d’accès ; orange pour un accès limité ou seulement à condition de fournir des preuves supplémentaires ou des actes de conformité (comme passer un test PCR) ; et rouge pour l’interdiction de tout, depuis l’obtention d’un prêt bancaire, l’accès à son compte bancaire, l’utilisation des transports publics, le passage entre les zones d’une ville jusqu’à l’autorisation de quitter son domicile même. En Europe, de nombreux États membres de l’Union européenne ont imposé universellement ou partiellement – par exemple, aux membres de certains secteurs comme la santé, l’éducation, la police et d’autres services publics – l’utilisation du certificat numérique COVID de l’UE, connu collectivement sous le nom de « laissez-passer vert ». La technologie a ensuite été reprise par l’Organisation mondiale de la santé qui, en juin 2023, en tandem avec la Commission européenne, a annoncé le Réseau mondial de certification de la santé numérique de l’OMS, qu’elle a invité tous les États membres – dont le Royaume-Uni – à adopter et à participer au développement.


Au Royaume-Uni même, nous avions le Pass COVID du NHS, qui n’a jamais été appliqué en tant qu’exigence d’emploi, sauf pour le personnel soignant, mais que les entreprises privées ont été autorisées et encouragées à appliquer en tant que condition d’emploi, d’accès à leurs locaux et d’utilisation de leurs services. En avril 2022, alors que les réglementations relatives au coronavirus étaient levées au Royaume-Uni, le ministère de la santé et des affaires sociales a attribué le contrat de 18 millions de livres sterling pour le développement du NHS COVID Pass à l’entreprise informatique danoise Netcompany Ltd. Le cahier des charges du projet stipulait ce qui suit:


Le gouvernement pourrait introduire un Pass COVID obligatoire pour accéder aux lieux à haut risque si les données suggèrent que des mesures supplémentaires sont nécessaires pour protéger le NHS. Pour parer à cette éventualité, nous avons conçu les modifications de manière à prendre en charge deux niveaux de laissez-passer nationaux. La fonctionnalité sera désactivée jusqu’à ce qu’elle soit nécessaire. Cela permet une réponse rapide si/quand le gouvernement invoque le mandat. Si un citoyen est entièrement vacciné, s’il bénéficie d’une exemption médicale ou s’il a participé à un essai clinique, il pourra bénéficier d’un laissez-passer « tous lieux confondus » (obligatoire). Si un citoyen n’a qu’une immunité naturelle ou des résultats de test négatifs, il ne pourra prétendre qu’à un laissez-passer « limité » (volontaire).


En prévision de ce mandat et de l’activation de la fonctionnalité de l’identité numérique, le gouvernement britannique a mené, au cours des trois premiers mois de l’année 2023, une consultation sur un projet de législation concernant ce qu’il a appelé – sans doute dans le but de le distinguer du « passeport vaccinal » largement contesté – la « vérification de l’identité ».


La consultation s’est achevée le 1er mars 2023, mais le cadre juridique d’un système d’identité numérique a d’abord été mis en place par la loi sur l’économie numérique de 2017, qui a supprimé les obstacles juridiques au partage des données au Royaume-Uni. Il était initialement prévu que l’Instrument statutaire mettant en œuvre un système d’Identité numérique au Royaume-Uni soit pris en juillet 2023, mais nous attendons toujours le mandat du gouvernement.


Quel sera le rôle de ce système ?


À l’heure actuelle, le gouvernement britannique promeut l’identité numérique en termes de facilité d’accès, de commodité et de sécurité. Ainsi, en vertu de l’Online Safety Act 2023, l’identité numérique sera une condition d’accès à l’internet, non pas pour censurer ce que nous pouvons voir, lire et écrire, mais pour protéger les enfants de la pornographie et des gangs de grooming.


En vertu de la loi électorale de 2022, l’identité numérique sera obligatoire pour voter, non pas pour décourager davantage la participation du public au processus électoral, mais pour mettre fin au vote illégal. Il sera obligatoire de bénéficier du crédit universel ou, à l’avenir, du revenu de base universel, non pas pour obliger les immigrés et les chômeurs à se recycler et à travailler, mais pour mettre un terme aux demandes d’allocations frauduleuses. L’accès aux transports publics, aux soins médicaux, à l’éducation et à l’emploi sera obligatoire, non pas pour nous contrôler lorsque l’Organisation mondiale de la santé déclare une nouvelle pandémie, mais pour protéger la population des futures crises sanitaires. Il sera nécessaire de voyager et de se déplacer entre les États-nations et à l’intérieur du Royaume-Uni, non pas pour appliquer les restrictions de nos libertés imposées par l’Agenda 2030, mais pour mettre fin à l’immigration illégale au Royaume-Uni et sauver la planète de l' »ébullition mondiale ». L’ouverture d’un compte bancaire sera obligatoire, non pas pour nous forcer à ouvrir un compte en livre numérique, mais pour mettre fin à la criminalité financière.


Et tout comme en Chine, le système de crédit social qui s’appuie sur l’identité numérique pour sa mise en œuvre ne sera pas limité aux individus, mais s’appliquera à la fois aux entreprises privées et aux institutions financées par des fonds publics. Les gestionnaires d’actifs américains comme BlackRock, par exemple, ont clairement indiqué que l’adhésion aux comportements inscrits dans les objectifs de développement durable des Nations unies et les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance d’entreprise par lesquels ils sont mis en œuvre sont désormais une condition d’emploi, de prêt bancaire, d’investissement et d’autres aspects des affaires autrefois déterminés par les lois sur l’emploi et le commerce d’un État souverain ; et le contrôle et l’application du respect de ces nouvelles normes augmenteront de manière exponentielle avec le développement et l’expansion des systèmes d’identité numérique dans le monde entier.


Cette application des exigences biopolitiques de la citoyenneté en dehors des cadres juridiques des États-nations ou du droit international est cohérente avec la manière dont le Pass COVID du NHS a été utilisé au Royaume-Uni pendant les deux années de confinement. La décision d’exiger ce pass a été prise par le gouvernement britannique, mais elle n’a pas été imposée par la législation, même dans les règlements quotidiens justifiés par le coronavirus qui ont été promulgués. La responsabilité de l’application du pass COVID a plutôt été confiée au secteur privé. En fin de compte, bien que l’on nous ait promis un instrument statutaire faisant de cette exigence une loi, je pense que le système britannique d’identité numérique sera transféré aux entreprises du Royaume-Uni, dans les secteurs public et privé, où il sera appliqué en tant que condition d’emploi et de coutume par les employeurs et ceux qui commercent avec leurs entreprises et leur accordent des prêts.

Comme je l’expliquerai plus en détail dans ce livre, une fois que les exigences de la citoyenneté sortent d’un cadre juridique et deviennent, comme l’a écrit Foucault, des « distributions autour de la norme », il est d’autant plus difficile de remettre ces normes en question. Tel est l’objectif du biopouvoir.


La première question que toute consultation publique sur l’identité numérique devrait poser au public britannique n’est pas – comme elle l’a fait – de savoir si et dans quelle mesure elle répond à tel ou tel objectif requis par le Digital Economy Act 2017, mais plutôt de savoir si le public britannique souhaite un tel système. Le gouvernement n’a pas de mandat pour l’imposer dans son manifeste électoral, et son incapacité à informer le public britannique sur le système de surveillance et de contrôle dont l’identité numérique est la clé constitue un manquement au devoir de tout organe exécutif élu de recevoir un consentement éclairé avant d’interférer avec les droits et libertés de ceux qu’il a été élu pour gouverner. La consultation fictive du gouvernement, à laquelle j’ai répondu, n’a fourni aucun des contextes nécessaires pour que le public puisse donner un tel consentement éclairé. Pire encore, elle supposait que l’imposition d’un système d’identité numérique était un fait accompli. En effet, en formulant sa consultation en termes de « bénéfices » non divulgués pour le public et de termes non définis et idéologiques tels que « bien-être », la consultation a délibérément dissimulé l’importance, la portée et l’objectif réels de l’Identité numérique.


Contrairement à ce que le gouvernement nous a dit, un système de « vérification de l’identité » ne profite pas aux individus ou aux ménages et n’améliore pas les services publics. Nous l’avons vu avec les propositions de l’Agence de sécurité sanitaire britannique pour le Pass COVID du NHS qui ont failli être introduites au Royaume-Uni sous la justification du suivi et de la limitation des mouvements des citoyens britanniques en situation de confinement. Ce que l’on appelle plus justement un système d’identité numérique ne profite qu’à ceux qui souhaitent l’utiliser pour surveiller, réglementer, corriger et, le cas échéant, punir ceux qui ne respectent pas les nouveaux codes de comportement, y compris notre discours, que le gouvernement et les technocraties internationales non élues qui formulent ces codes nous imposent.


Le « Passeport vert » introduit dans toute l’Europe a démontré que ces codes seront imposés par le biais d’interdictions sur nos mouvements, de sanctions sur nos consommations, d’amendes fixes extra-légales et de la suppression de nos droits de l’homme et de nos libertés civiles, autant de mesures que les gouvernements occidentaux ont montré qu’ils étaient prêts à appliquer avec des niveaux de brutalité policière extraordinaires et, dans de nombreux pays, sans précédent.


Cependant, une fois qu’elle sera imposée, l’intervention de la police et le cadre juridique dans lequel elle agit vaguement deviendront de moins en moins nécessaires, à mesure que nous entrerons dans la biopolitique du capitalisme des parties prenantes. Comme le sait pertinemment le gouvernement britannique, l’identité numérique n’est pas mise en œuvre isolément, mais en conjonction avec d’autres technologies et programmes de surveillance et de contrôle de la population britannique, notamment la livre numérique de la Banque d’Angleterre, les villes du quart d’heure, la zone à très faibles émissions du maire de Londres, les exigences de l’Agenda 2030 et les obligations exécutoires du traité de l’OMS sur les pandémies. Actuellement mises en œuvre comme de simples améliorations de l’infrastructure de l’État britannique, ces mesures changeront fondamentalement – et, comme je l’ai dit, peut-être de manière irréversible – la capacité du peuple britannique à contrôler, influencer ou demander des comptes à ses gouvernants. Et pourtant, peu de citoyens britanniques sont au courant de l’existence de ces programmes, et encore moins de la manière dont ils seront utilisés. Nous n’avons certainement pas voté pour eux. Et, comme le montre le simulacre de consultation du gouvernement sur la « vérification de l’identité », on ne nous demandera pas de le faire. L’identité numérique est la passerelle vers ce système collectif de surveillance et de contrôle qui mérite vraiment le qualificatif de « totalitaire ».


Si peu d’informations ont été divulguées sur son fonctionnement, il est difficile de dire ce qu’elle contiendra ; mais dans le cadre du système de crédit social, l’identité numérique contiendra certainement nos antécédents en matière de crédit. Il est presque certain qu’elle contiendra notre historique de navigation en ligne. Et comme l’indique le réseau mondial de certification de la santé numérique de l’Organisation mondiale de la santé, elle contiendra certainement nos données biométriques. Ce que nous pouvons apprendre de la Chine, c’est que la conformité sociale ne concernera pas seulement les règles de biosécurité établies par un cadre juridique, mais aussi les nouvelles normes de comportement que nous avons déjà si facilement acceptées et normalisées depuis mars 2020. Celles-ci comprennent désormais la censure des discours et des opinions contraires à ceux défendus par notre gouvernement, des conditions accrues imposées à nos droits et libertés précédemment inaliénables et l’adhésion aux diktats de technocraties sur la composition et les décisions desquelles nous n’avons aucune influence. Il sera utilisé pour surveiller, limiter et contrôler nos déplacements à l’intérieur et à l’extérieur non seulement de nos pays, mais aussi des villes de 15 minutes actuellement imposées sous prétexte de réduire tout ce qui va de la pollution de l’air au réchauffement de la planète. À cette fin fallacieuse, il enregistrera et limitera notre consommation d’énergie, de chaleur, de nourriture et d’eau.


En pratique, elle surveillera et enregistrera notre comportement, nos opinions et notre conformité aux nouvelles orthodoxies de l’idéologie de la guerre. Ce faisant, elle conditionnera notre accès à tout, de l’internet aux services bancaires et à l’emploi, en passant par les soins de santé, la protection sociale et l’éducation. Un jour, si la Banque d’Angleterre fait ce qu’elle veut, ce sera la condition d’accès au seul type de monnaie encore existant, sur lequel elle aura un contrôle total.


UN CAMP SANS EXTÉRIEUR


Pourquoi, alors, le public britannique montre-t-il si peu d’intérêt, s’oppose-t-il si peu et accepte-t-il si passivement notre enfermement dans le camp de la biosécurité dont l’identité numérique est la porte d’entrée ? C’est pour tenter de répondre à cette question qu’en plus d’écrire sur ces nouveaux appareils de biopouvoir, la deuxième partie de mon livre se penche sur ce qui n’est pas, à proprement parler, des technologies de biopouvoir, mais plutôt sur les idéologies qui nous endoctrinent en vue de leur mise en œuvre en tant que paradigme dominant de la gouvernance en Occident.


La première d’entre elles, bien sûr, est la guerre par procuration des États-Unis en Ukraine, qui, bien qu’elle ait commencé en février 2014 avec le renversement du gouvernement démocratiquement élu, a débuté, dans l’esprit de la plupart des Occidentaux, en février 2022, alors que nous sortions de deux années de restrictions de confinement. La transition, par conséquent, de la soi-disant « guerre contre le COVID » à la guerre contre la Russie s’est faite presque sans heurts, et ceux qui ont obéi aux termes de la première se sont révélés les défenseurs les plus bruyants des mensonges de la seconde, surtout en ce qui concerne la date et la raison de son commencement.


À certains égards, il s’agit d’une nouvelle forme de guerre, dans la mesure où les gestionnaires d’actifs américains qui conduisent la politique étrangère des États-Unis depuis un certain temps n’utilisent pas la vie de jeunes soldats américains pour imposer leurs intérêts, comme ils l’ont fait en Syrie, en Irak, en Libye et en Afghanistan, mais utilisent maintenant la vie de citoyens de pays étrangers – en l’occurrence des centaines de milliers de victimes ukrainiennes – pour forcer les biens publics, les ressources naturelles et même l’économie de l’Ukraine à passer entre leurs mains. Il leur est indifférent que, ce faisant, ils aient réduit des parties du pays à des ruines, sa population à la pauvreté et ses institutions à l’impuissance politique, sauf dans la mesure où le carnage justifie qu’ils réclament encore plus d’argent des contribuables américains pour « reconstruire » ce qu’ils ont démoli.


L’Ukraine est un exemple sanglant et un avertissement pour le monde entier de ce qui peut arriver à un État anciennement souverain lorsque les corps et les vies de son peuple sont soumis à une guerre dont l’objectif est le contrôle biopolitique d’un peuple entier. En effet, l’Ukraine est le terrain d’essai de la transformation numérique de l’infrastructure d’un État tout entier, y compris les services d’éducation et de santé en ligne, la monnaie numérique de la banque centrale, ce que l’on appelle la gouvernance électronique, y compris une fonction publique remplacée par des applications pour smartphones, la certification COVID sur ces mêmes applications, et un système judiciaire et militaire géré par l’intelligence artificielle. Pour illustrer son avenir dystopique directement tiré du cinéma hollywoodien – le vice-premier ministre ukrainien Mykhailo Fedorov, 32 ans, l’a surnommé « Judge Dredd » -, le pays a déjà piloté un système d’IA qui produit des rapports préalables au procès et à la condamnation évaluant le risque de délinquance d’un suspect.


C’est dans le même but, bien qu’en utilisant des moyens différents, que les orthodoxies du transgendérisme ont atteint leur statut désormais incontestable en tant que partie intégrante de l’idéologie officielle du capitalisme des parties prenantes en Occident, dans un laps de temps à peine plus long que celui nécessaire pour imposer les orthodoxies tout aussi officielles de la guerre en Ukraine. Peu de gens semblent s’être demandé pourquoi, au milieu des vastes bouleversements que nous avons subis depuis mars 2020, les gouvernements, les entreprises et les institutions publiques qui s’efforçaient de sauver l’humanité d’un certain nombre de « crises » fabriquées devraient soudain consacrer autant de temps, d’efforts et d’argent à inscrire les orthodoxies « trans » dans nos lois, à les mettre en œuvre dans nos politiques, à les promouvoir dans nos médias, à les endoctriner dans nos établissements d’enseignement et à les normaliser dans nos industries de la culture.


Je suis convaincu, et un chapitre de ce livre en fournit les arguments et les preuves, que les orthodoxies trans ne sont pas accessoires à la révolution du capitalisme occidental que nous sommes en train de vivre, mais plutôt instrumentales pour le nouveau paradigme biopolitique de la citoyenneté auquel nous serons censés adhérer – et contraints d’obéir par les technologies du biopouvoir – dans l’État mondial de biosécurité en cours d’édification.

Ces dernières années, j’ai écrit à de nombreuses reprises sur l’idéologie woke, qui a maintenant pris sa place en tant qu’idéologie officielle du capitalisme des parties prenantes, ayant infiltré les cabinets des gouvernements occidentaux avec les Young Global Leaders de Klaus Schwab, et avec tout autant d’effronterie et même de fierté.


Dans mon avant-dernier chapitre, j’examine comment le discours du racisme blanc développé par le wokisme est utilisé non seulement pour faire taire l’opposition aux réglementations, programmes et technologies du Grand Reset du Royaume-Uni, mais aussi pour imposer les changements d’attitudes, de croyances et de comportements qu’ils exigent pour que nous acceptions et nous conformions à des attaques aussi flagrantes contre nos libertés.


Comme pour les appareils du biopouvoir, mon objectif dans la deuxième partie de mon livre est donc de montrer comment les orthodoxies du wokisme – qui incluent maintenant la déshumanisation du peuple russe et le lysenkoisme du transgendérisme – sont instrumentales pour l’incorporation de l’institution judiciaire, par laquelle les limites de la citoyenneté ont jusqu’à présent été inscrites dans la loi, dans un paradigme biopolitique, dans lequel les exigences de la citoyenneté dans l’État mondial de biosécurité sont normalisées par des technologies de pouvoir, comme l’a écrit Foucault, « centrées sur la vie ».


Enfin, le corps de mon livre est complété par deux courts textes. Le premier introduit le livre en affirmant que l’une des conclusions que nous pouvons tirer des trois dernières années et demie est que la division déjà discutable de notre politique parlementaire entre la gauche et la droite n’a plus aucune prise descriptive ou pratique sur le paradigme de gouvernance par lequel nous sommes aujourd’hui gouvernés, et devrait être abandonnée par quiconque souhaite sérieusement former une opposition à ce paradigme. Le second texte, en l’absence des rêves réconfortants avec lesquels la gauche britannique s’est endormie au cours des quarante dernières années de néolibéralisme, conclut mon livre en proposant l’une des façons dont nous pouvons résister – au moins dans un premier temps – à la construction du camp numérique qui se construit non seulement autour de nous et entre nous, mais aussi en nous-mêmes, par les technologies du biopouvoir.


Au Royaume-Uni, comme dans la plupart des pays occidentaux, nous avons vécu une période de confinement extrême de deux ans au cours de laquelle la quasi-totalité de nos droits de l’homme et de nos libertés civiles ont été supprimés par des vagues successives de législation au nom de la lutte contre un virus respiratoire dont tous ceux qui se donnaient la peine d’examiner les statistiques et les critères de production savaient qu’il avait un taux de mortalité infectieuse équivalent à celui de la grippe saisonnière. Même cela n’est pas tout à fait exact car, contrairement à la grippe, le coronavirus n’a aucun effet sur les jeunes qui, bien qu’ils soient masqués pendant deux ans, privés de leur éducation et soumis à des thérapies géniques expérimentales, sont aussi statistiquement immunisés contre le COVID-19 qu’ils sont statistiquement vulnérables à la myocardite, à la péricardite et aux autres dommages causés à leur santé et à leur système immunitaire par le séquençage de l’ARN messager que l’État britannique leur a injecté dans le bras en guise de vaccin.


Aujourd’hui, cependant, l’Occident est entré dans un carrousel de crises plus généralisées dont les noms changent, semaine après semaine, de l’ébullition mondiale à l’agression russe en passant par le coût de la vie, la résurrection de la menace du terrorisme islamique et, à l’heure où j’écris ces lignes, une autre souche virale fabriquée sur mesure. Mais quelle que soit leur cause ostensible, le but ultime des technologies du biopouvoir dont l’imposition justifie ces crises est de rendre permanentes ce qui était les restrictions temporaires de nos droits et libertés confisqués.


En effet, la meilleure façon de comprendre ces crises est de se demander comment ces nouveaux agendas, ces nouveaux traités, ces nouveaux programmes et ces nouvelles technologies rendent permanent l’état d’urgence sous lequel nous avons vécu pendant deux ans. Malheureusement, très peu de gens se posent cette question, à eux-mêmes ou aux autres. Sous le confinement, des milliers de personnes ont été forcées de se rendre dans des camps de quarantaine, le plus célèbre étant celui de la Chine ; mais le camp numérique dans lequel nous sommes maintenant enfermés, et qui nous enferme et nous divise alors même que nous recommençons à nous chamailler à propos du Brexit et de l’immigration, est coextensif à l’espace de l’État lui-même.


Comment se construit-il ? Comme je l’ai dit, l’Identité numérique est la porte d’entrée de ce camp, sur lequel est écrit non pas Arbeit Macht Frei – car il n’y a pas d’échappatoire à un espace sans extérieur – mais plutôt » La liberté, c’est l’esclavage « . Et si nous imaginons ce camp et essayons de visualiser sa structure, l’internet des objets, qui comprend le panopticon numérique des codes de réponse rapide, la technologie de reconnaissance faciale et maintenant les caméras ULEZ, et l’internet des corps auquel il nous connecte, qui, comme je l’affirme dans ma conclusion, comprend les smartphones, est le système de surveillance du camp.


Les villes de 15 minutes, qui, bien que proposées par le Forum économique mondial – un groupe de réflexion d’entreprises n’ayant aucune autorité législative sur les populations des États-nations – sont imposées aux citoyens britanniques par nos conseils locaux et nos autorités métropolitaines, sont les casernes dans lesquelles les différentes zones du camp sont divisées. Malgré leurs dénégations véhémentes, dès qu’une autorité municipale ou un organe législatif décide quand, comment, où, à quelle fréquence et dans quelles conditions ses citoyens peuvent se déplacer dans leur propre pays, vous êtes sur la voie du fascisme. Les villes 15 minutes sont le début de la transformation de l’espace de l’État lui-même en une spatialisation permanente de l’état d’urgence, c’est pourquoi elles sont à la fois justifiées comme un moyen de « sauver la planète » et niées comme une « théorie du complot ».


Et au cas où nous serions assez naïfs – ce que le public britannique a démontré être au-delà des rêves du mondialiste le plus cynique – pour croire que les limites à notre liberté de mouvement ne s’appliqueront qu’aux voitures, et sont donc une bonne chose, Transport for London a déjà proposé ce qu’il appelle, avec l’omniprésence de l’une des entreprises de technologie de l’information les plus puissantes au monde, des « transports intelligents« . Utilisant non seulement des caméras de reconnaissance faciale mais aussi la technologie d’intelligence artificielle qu’elles contiennent, le but des transports intelligents n’est pas seulement de surveiller nos actions mais aussi d’apprendre de notre comportement, transformant ainsi les transports publics en un vaste camp d’entraînement pour les gardes numériques de notre avenir.


Enfin, la monnaie numérique de la Banque centrale, dans cette visualisation spatiale d’une structure numérique, est la clôture du périmètre du camp, qu’elle rend impossible à franchir ; car une fois cette clôture construite, il n’y aura plus d’espace en dehors de son étendue et de sa portée, ou du moins, aucun espace habitable par une société humaine plus grande qu’une petite commune, et très probablement nulle part en Occident.


Bien que l’Internet des corps soit prêt à insérer son système de surveillance à l’intérieur de nous, les proto-cyborgs du futur implantant déjà des puces informatiques sous leur peau et les ingérant dans leur corps, ces technologies de biopouvoir sont, pour l’instant, mises en œuvre par le biais des smartphones de la nation. Cela inclut, bien sûr, un système d’identité numérique, mais, dans un premier temps au moins, les portefeuilles de monnaie numérique de la Banque centrale passeront également par une application logicielle pour smartphone.

En prévision de cela, le gouvernement a lancé en mars de cette année son système d’alerte d’urgence, qui a été testé le mois suivant sur les 82 millions de smartphones que compte le Royaume-Uni. Le nombre de leurs propriétaires qui ont répondu n’a pas été rendu public ; mais ce que le public britannique doit comprendre, et vite, c’est que lorsque les technologies du biopouvoir constituant le camp numérique seront en place, cette alerte ne sera pas utilisée pour nous informer de n’importe quelle crise que le gouvernement aura inventée pour nous terroriser ensuite, mais plutôt pour nous instruire de l’état opérationnel des mécanismes de conformité auxquels il sera impossible de désobéir, sauf au prix de notre liberté.


Je le répète, une fois que le cadre juridique de la citoyenneté sera intégré dans un paradigme biopolitique de gouvernance administré par un continuum d’appareils de régulation, les moyens législatifs, juridiques et politiques de contestation n’existeront plus que sous la forme de spectacles d’une démocratie depuis longtemps démantelée. En réalité, la démocratie occidentale n’existe plus depuis longtemps que dans les fantasmes d’un électorat sans cesse trompé. Mais c’est dire à quel point nous avons reculé depuis mars 2020, à quel point nous avons décliné en tant que citoyens dignes de ce nom, et à quel point nous sommes prêts pour le totalitarisme du biopouvoir, qu’il n’y a pas eu de protestation et peu d’indignation en réponse à ce procès de notre abjecte obéissance. Au contraire, les mêmes bouches et les mêmes visages ont été mobilisés par les médias pour répéter le mantra de l’obéissance sans faille : « Eh bien, si cela sauve des vies… ». Telle est l’essence du biopouvoir auquel le capitalisme des parties prenantes est en train de ramener la politique de l’Occident. Et, d’une manière ou d’une autre, les peuples de l’Occident doivent arrêter cela, si nous ne voulons pas vivre dans un camp sans extérieur.


Traduction d’Off Guardian par Aube Digitale


61 vues0 commentaire
bottom of page