top of page

L’ONU prévoit de s’arroger des pouvoirs d’urgence avec le soutien de Joe Biden - Jade



Cette proposition pourrait constituer la plus grande tentative de prise de pouvoir de l’histoire des Nations unies. Si elle est approuvée, les États-Unis tels que nous les connaissons pourraient cesser d’exister.


En septembre 2024, moins de deux mois avant la prochaine élection présidentielle américaine, les Nations unies accueilleront un « Sommet de l’avenir » historique, au cours duquel les États membres adopteront un Pacte pour l’avenir. Cet accord consolidera les nombreuses réformes politiques proposées par les Nations unies au cours des deux dernières années dans le cadre de leur vaste programme « Notre programme commun« .


Bien que l’agenda contienne de nombreuses propositions radicales, aucune n’est peut-être plus importante que le plan de l’ONU pour une nouvelle « plate-forme d’urgence », une proposition étonnante visant à donner à l’ONU des pouvoirs importants en cas de futurs « chocs mondiaux », tels qu’une nouvelle pandémie mondiale.


De nombreux détails de la plate-forme d’urgence de l’ONU ont été exposés dans un document d’orientation de mars 2023 intitulé « Renforcer la réponse internationale aux chocs mondiaux complexes – une plate-forme d’urgence ».


Dans ce document, le secrétaire général de l’ONU écrit : « Je propose que l’Assemblée générale donne au secrétaire général et au système des Nations unies l’autorité permanente de convoquer et de rendre opérationnelle automatiquement une plateforme d’urgence en cas de choc mondial complexe d’une ampleur, d’une gravité et d’une portée suffisantes ».


Une fois déclenchée, la plate-forme d’urgence donnerait aux Nations unies la capacité de « promouvoir et de conduire activement une réponse internationale qui place les principes d’équité et de solidarité au centre de son travail ». L’ONU réunirait les « parties prenantes » du monde entier, y compris les universitaires, les gouvernements, les acteurs du secteur privé et les « institutions financières internationales », afin de garantir une réponse mondiale unifiée à la crise.


La plate-forme d’urgence donnerait également aux Nations unies le pouvoir de « veiller à ce que tous les acteurs participants prennent des engagements susceptibles de contribuer utilement à la réponse et à ce qu’ils soient tenus de rendre compte du respect de ces engagements ».


En d’autres termes, les Nations unies se verraient confier une autorité sans précédent sur les secteurs public et privé de vastes régions du monde, tout cela au nom de la lutte contre une crise encore inconnue.


La situation s’aggrave


Aussi difficile à croire que cela puisse être, l’histoire devient encore pire à partir de là. Bien que la durée de la plate-forme d’urgence soit initialement fixée pour une « période déterminée », à « la fin de cette période, le secrétaire général pourrait prolonger les travaux d’une plate-forme d’urgence si nécessaire », selon la proposition de politique des Nations unies.


Cela signifie que le secrétaire général aurait le pouvoir de maintenir la plate-forme d’urgence en place indéfiniment, sans que les États membres ne l’autorisent à nouveau.

Quel type de « choc mondial » déclencherait la plate-forme d’urgence ? L’ONU donne plusieurs exemples possibles dans sa proposition officielle, notamment un « événement climatique majeur », de « futurs risques de pandémie », une « perturbation de la connectivité numérique mondiale », un « événement majeur dans l’espace » et, ce que je préfère personnellement, des « risques imprévus (événements de type « cygne noir ») ».


Cela ne veut pas dire que ces catégories incroyablement larges seraient les seules justifications potentielles autorisées à déclencher la plate-forme d’urgence. La proposition indique clairement qu’elle « permettrait de maximiser le rôle de rassemblement des Nations Unies face à des crises de portée mondiale et devrait être « agnostique quant au type de crise », car nous ne savons pas à quel type de choc mondial nous pourrions être confrontés à l’avenir ».


En outre, « le secrétaire général déciderait quand convoquer une plate-forme d’urgence en réponse à un choc mondial complexe ».

En d’autres termes, un « choc mondial » est ce que les dirigeants de l’ONU disent qu’il est, déclenché quand l’ONU le souhaite.


L’administration Biden soutient la proposition


La proposition de plate-forme d’urgence est peut-être la plus grande tentative de prise de pouvoir de l’histoire des Nations unies, mais aussi choquante soit-elle, elle n’est rien en comparaison de la façon dont l’administration Biden a traité cette proposition extrémiste.


Plutôt que d’affirmer l’indépendance et la souveraineté de l’Amérique, la Maison Blanche a exprimé son soutien à la plate-forme d’urgence. L’ambassadeur des États-Unis, Chris Lu, a indiqué dans au moins deux discours prononcés en mars 2022 que l’administration Biden soutenait la plate-forme d’urgence, ainsi que de nombreuses autres propositions incluses dans « Our Common Agenda » (Notre programme commun).


La plate-forme d’urgence centraliserait une immense quantité de pouvoir et d’influence, donnant aux Nations Unies un contrôle plus important sur la vie des Américains qu’il n’y en a jamais eu auparavant. Et plutôt que de défendre les droits des Américains, le président Biden a déjà accepté de nous vendre.


Si le programme d’urgence est approuvé, les États-Unis tels que nous les connaissons pourraient cesser d’exister. Cela semble terrible, mais c’est vrai. Soit nous défendons la liberté maintenant, soit nous risquons tout en septembre 2024.



3 vues0 commentaire

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page