top of page

L’Europe peut-elle se libérer de l’ atlantisme ? Jade

Dernière mise à jour : 11 juil. 2023




L’Europe a toutes les raisons de soutenir le développement d’une politique étrangère indépendante qui rejette la domination et la militarisation des États-Unis au profit de la coopération internationale et d’un ordre mondial plus démocratique…


Il est difficile de donner un sens à de nombreux événements ces jours-ci.


Le comportement de la France, par exemple, est difficile à comprendre. D’une part, le président français Emmanuel Macron a changé d’avis pour soutenir l’entrée de l’Ukraine dans l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN).


D’autre part, il a déclaré que la France souhaitait participer au sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) en Afrique du Sud au mois d’août.


L’Europe n’est bien sûr pas un continent entièrement homogène et des problèmes se posent, la Hongrie et la Turquie ayant refusé de ratifier le souhait de la Suède d’entrer dans l’OTAN lors de son sommet annuel à Vilnius (Lituanie) en juillet.


Néanmoins, la bourgeoisie européenne se tourne vers l’ouest, vers les sociétés d’investissement de Wall Street pour y placer ses richesses, liant ainsi son propre avenir à la régence des États-Unis. L’Europe est fermement attachée à l’alliance atlantique et ne laisse que peu de place à une voix européenne indépendante.


À la plate-forme « Pas de guerre froide« , nous avons étudié attentivement ces éléments de la politique étrangère de l’Europe. Le Briefing no. 8, qui constituera l’essentiel de cette lettre d’information, a été rédigé avec Marc Botenga, membre du Parlement européen et du Parti des Travailleurs de Belgique (PTBPVDA). Vous le trouverez ci-dessous.



La guerre en Ukraine s’est accompagnée d’un renforcement de l’emprise et de l’influence des États-Unis sur l’Europe. Un important approvisionnement en gaz russe a été remplacé par du gaz de schiste américain. Les programmes de l’Union européenne (UE), initialement conçus pour renforcer la base industrielle de l’Europe, servent désormais à l’acquisition d’armes fabriquées aux États-Unis.

Sous la pression des États-Unis, de nombreux pays européens ont contribué à l’escalade de la guerre en Ukraine au lieu de rechercher une solution politique pour instaurer la paix.


Dans le même temps, les États-Unis souhaitent que l’Europe se dissocie de la Chine, ce qui réduirait encore le rôle mondial de l’Europe et irait à l’encontre de ses propres intérêts. Au lieu de suivre l’agenda conflictuel et préjudiciable de la nouvelle guerre froide des États-Unis, il est dans l’intérêt des peuples européens que leurs pays établissent une politique étrangère indépendante qui englobe la coopération mondiale et un ensemble diversifié de relations internationales.


La dépendance croissante de l’Europe à l’égard des États-Unis


La guerre en Ukraine et la spirale de sanctions et de contre-sanctions qui s’en est suivie ont entraîné un découplage rapide des relations commerciales entre l’UE et la Russie. La perte d’un partenaire commercial a limité les options de l’UE et accru sa dépendance à l’égard des États-Unis, une réalité qui est particulièrement visible dans la politique énergétique de l’UE.

À la suite de la guerre en Ukraine, l’Europe a réduit sa dépendance à l’égard du gaz russe, pour ensuite augmenter sa dépendance à l’égard du gaz naturel liquéfié (GNL) américain, plus coûteux. Les États-Unis ont profité de cette crise énergétique pour vendre leur gaz naturel liquéfié (GNL) à l’Europe à des prix bien supérieurs au coût de production.


En 2022, les États-Unis représentaient plus de la moitié du GNL importé en Europe. Les États-Unis disposent ainsi d’un pouvoir de pression supplémentaire sur les dirigeants européens : si les livraisons américaines de GNL étaient détournées, l’Europe serait immédiatement confrontée à de graves difficultés économiques et sociales.


Washington a commencé à pousser les entreprises européennes à se délocaliser aux États-Unis, en utilisant comme argument la baisse des prix de l’énergie. Comme l’a déclaré le ministre allemand de l’économie et de l’action climatique, Robert Habeck, les États-Unis « aspirent les investissements de l’Europe », c’est-à-dire qu’ils encouragent activement la désindustrialisation de la région.


La loi américaine sur la réduction de l’inflation (2022) et la loi sur le CHIPS et la science (2022) servent directement cet objectif, en offrant respectivement 370 milliards de dollars et 52 milliards de dollars de subventions pour attirer les industries de l’énergie propre et des semi-conducteurs aux États-Unis.


L’impact de ces mesures se fait déjà sentir en Europe : Tesla serait en train de discuter de la délocalisation de son projet de construction de batteries de l’Allemagne vers les États-Unis, et Volkswagen a mis en pause un projet d’usine de batteries en Europe de l’Est, préférant aller de l’avant avec sa première usine nord-américaine de batteries électriques au Canada, où elle est éligible pour recevoir des subventions américaines.


La dépendance de l’UE à l’égard des États-Unis s’applique également à d’autres domaines. Un rapport du Sénat français publié en 2013 posait une question sans ambiguïté : « L’Union européenne est-elle une colonie ? « L’Union européenne est-elle une colonie du monde numérique ? »


La loi américaine Clarifying Lawful Overseas Use of Data (CLOUD) de 2018 et la loi américaine Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA) de 1978 permettent aux entreprises américaines d’accéder largement aux télécommunications de l’UE, y compris aux données et aux appels téléphoniques, ce qui leur donne accès à des secrets d’État. L’UE est espionnée en permanence.


La militarisation croissante va à l’encontre des intérêts de l’Europe


Les discussions de l’UE sur les vulnérabilités stratégiques se concentrent principalement sur la Chine et la Russie, tandis que l’influence des États-Unis est pratiquement ignorée. Les États-Unis disposent d’un vaste réseau de plus de 200 bases militaires et de 60 000 soldats en Europe et, par l’intermédiaire de l’OTAN, ils imposent la « complémentarité » aux actions de défense européennes, ce qui signifie que les membres européens de l’alliance peuvent agir de concert avec les États-Unis, mais pas indépendamment d’eux.


L’ancienne secrétaire d’État américaine Madeleine Albright a résumé ce principe par les « trois D » : ne pas « dissocier » le processus décisionnel européen de l’OTAN, ne pas « dupliquer » les efforts de l’OTAN, ne pas « discriminer » les membres de l’OTAN qui ne font pas partie de l’Union européenne. En outre, afin de garantir la dépendance, les États-Unis s’abstiennent de partager les technologies militaires les plus importantes avec les pays européens, y compris une grande partie des données et des logiciels liés aux avions de combat F-35 qu’ils ont achetés.


Depuis de nombreuses années, les États-Unis demandent aux gouvernements européens d’augmenter leurs dépenses militaires. En 2022, les dépenses militaires en Europe occidentale et centrale ont atteint 316 milliards d’euros, revenant ainsi à des niveaux jamais vus depuis la fin de la première guerre froide. En outre, les États européens et les institutions de l’UE ont envoyé plus de 25 milliards d’euros d’aide militaire à l’Ukraine.


Avant la guerre, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France figuraient déjà parmi les dix pays qui dépensaient le plus dans le domaine militaire. Aujourd’hui, l’Allemagne a approuvé l’affectation de 100 milliards d’euros à un fonds spécial de modernisation militaire et s’est engagée à consacrer 2 % de son PIB à la défense.


Dans le même temps, la Grande-Bretagne a annoncé son ambition d’augmenter ses dépenses militaires de 2,2 % à 2,5 % de son PIB et la France a annoncé qu’elle porterait ses dépenses militaires à environ 60 milliards d’euros d’ici à 2030, soit environ le double de son allocation de 2017.


Cette augmentation des dépenses militaires a lieu alors que l’Europe connaît sa pire crise du coût de la vie depuis des décennies et que la crise climatique s’aggrave. Dans toute l’Europe, des millions de personnes sont descendues dans la rue pour protester. Les centaines de milliards d’euros consacrés à l’armée devraient plutôt être réorientés vers la résolution de ces problèmes urgents.


Le découplage avec la Chine serait désastreux


L’UE souffrirait d’un conflit entre les États-Unis et la Chine. Une part importante des exportations de l’UE vers les États-Unis contient des intrants chinois et, inversement, les exportations de biens de l’UE vers la Chine contiennent souvent des intrants américains. Le renforcement des contrôles à l’exportation imposés par les États-Unis sur les exportations vers la Chine ou vice versa touchera donc les entreprises européennes, mais l’impact ira beaucoup plus loin.


Les États-Unis ont accru leur pression sur un certain nombre de pays, d’entreprises et d’institutions de l’UE pour qu’ils réduisent ou arrêtent leur coopération avec des projets chinois, faisant notamment pression sur l’Europe pour qu’elle se joigne à la guerre technologique qu’elle mène contre la Chine. Cette pression a porté ses fruits : dix États membres de l’UE ont restreint ou interdit l’accès de l’entreprise technologique chinoise Huawei à leurs réseaux 5G, tandis que l’Allemagne envisage de prendre une mesure similaire.


De leur côté, les Pays-Bas ont bloqué les exportations de machines de fabrication de puces vers la Chine de la société néerlandaise de semi-conducteurs ASML.

En 2020, la Chine a dépassé les États-Unis en tant que principal partenaire commercial de l’UE et, en 2022, la Chine était la première source d’importation de biens de l’UE et son troisième marché d’exportation.


Les pressions exercées par les États-Unis sur les entreprises européennes pour qu’elles restreignent leurs relations avec la Chine ou y mettent fin auraient pour effet de limiter les options commerciales de l’Europe et, incidemment, d’accroître sa dépendance à l’égard de Washington. Cela nuirait non seulement à l’autonomie de l’UE, mais aussi aux conditions sociales et économiques régionales.



L’Europe a besoin d’une coopération mondiale, pas d’une confrontation


Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, aucune puissance étrangère n’a exercé autant de pouvoir sur la politique européenne que les États-Unis. Si l’Europe se laisse enfermer dans un bloc dirigé par les États-Unis, non seulement sa dépendance technologique à l’égard des États-Unis s’en trouvera renforcée, mais la région pourrait se désindustrialiser.

De plus, cela mettra l’Europe en porte-à-faux non seulement avec la Chine, mais aussi avec d’autres grands pays en développement, dont l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud, qui refusent de s’aligner sur l’un ou l’autre pays.


Plutôt que de suivre les États-Unis dans les conflits mondiaux, une Europe indépendante doit réorienter sa stratégie de sécurité vers la défense territoriale, la sécurité collective du continent et l’établissement de liens internationaux constructifs en rompant résolument avec les relations commerciales paternalistes et exploitantes avec les pays en développement.

Au contraire, des relations équitables, respectueuses et égales avec le Sud peuvent offrir à l’Europe la diversification nécessaire et précieuse de partenaires politiques et économiques dont elle a besoin de toute urgence.


Une Europe indépendante et interconnectée est dans l’intérêt du peuple européen. Elle permettrait de détourner d’importantes ressources des dépenses militaires et de s’attaquer aux crises du climat et du coût de la vie, par exemple en construisant une base industrielle verte.


Les Européens ont toutes les raisons de soutenir le développement d’une politique étrangère indépendante qui rejette la domination et la militarisation des États-Unis au profit de la coopération internationale et d’un ordre mondial plus démocratique.



La séance d’information « Pas de guerre froide » ci-dessus pose une question importante : une politique étrangère européenne indépendante est-elle possible ?


La conclusion générale, compte tenu de l’équilibre des forces qui prévaut en Europe aujourd’hui, est non.


Même le gouvernement italien d’extrême droite, qui a fait campagne contre l’OTAN, n’a pas pu résister à la pression de Washington. Mais, comme le suggère le briefing, l’impact négatif de la politique occidentale visant à empêcher la paix en Ukraine est ressenti quotidiennement par l’opinion publique européenne.


Les Européens défendront-ils leur souveraineté ou continueront-ils à être la ligne de front des ambitions de Washington ?



4 vues0 commentaire

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page